Le jeûne intermittent est-il efficace?

3 juin, 2019 , , , ,

3. Effet du jeûne intermittent sur la perte de poids

Selon les méta-analyses et les revues de la littérature effectuées jusqu’à présent, le jeûne intermittent aurait des effets comparables à une alimentation continue avec restriction calorique sur la perte de poids, la perte de masse grasse et de gras viscéral de même que sur le maintien de la masse musculaire pendant un processus de perte de poids.

Il a été stipulé que le jeûne intermittent peut diminuer la sécrétion d’insuline et ainsi augmenter la capacité du corps à brûler les gras. Hors, il semblerait plutôt que la perte de poids résultant d’un jeûne intermittent serait causée par le fait que le jeûne intermittent diminue l’opportunité de manger, ce qui diminue la quantité totale de calories consommées par jour.

Certaines études suggèrent que le jeûne intermittent peut avoir un effet favorable sur le métabolisme de base (quantité de calories par jour brûlées par le corps pour exister) pendant un processus de perte de poids en atténuant sa diminution, mais ce ne sont pas toutes les études qui démontrent cet effet. D’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre les effets du jeûne intermittent sur le métabolisme de base.

Il est à noter que ce ne sont pas toutes les études qui démontrent que le jeûne intermittent est une méthode efficace pour perdre du poids. Par exemple, une étude a comparé l’effet du jeûne intermittent versus une restriction calorique quotidienne chez 23 femmes obèses. Les femmes ont suivi une diète avec restriction calorique traditionnelle pendant 12 mois, suivi d’un jeûne intermittent de 15 heures par jour pendant un mois (elles pouvaient manger à volonté le reste du temps), puis sont retournées à une restriction calorique traditionnelle pendant 11 mois, pour un total d’une période de suivi de deux ans. Pendant le mois de jeûne intermittent, le rythme de perte de poids a diminué significativement comparativement aux mois de restriction calorique traditionnelle (perte de poids de 1.25 kg par mois pendant la restriction calorique versus 0.47 kg durant le mois de jeûne intermittent).

Se priver de manger pour être en santé?

Le jeûne intermittent peut s’avérer une méthode efficace pour certaines personnes pour perdre du poids, améliorer le contrôle de la glycémie ou améliorer le profil lipidique. Cependant, il est fort probable qu’une réduction de l’apport calorique via une alimentation équilibrée mène à des résultats semblables. Le jeûne intermittent peut s’avérer difficile à suivre selon votre horaire, vos entrainements ou vos activités sociales. Si un régime est trop dur à suivre, il ne pourra pas être mené sur le long terme. Pour améliorer votre santé ou pour perdre du poids, la meilleure alimentation est celle que vous pourrez suivre à long terme!

Pour certains, il peut être sécurisant de s’imposer un cadre alimentaire avec des règles strictes telles que le jeûne intermittent, mais la réalité, c’est qu’il n’est pas nécessaire de se priver de manger pour être en santé. En plus, le fait d’avoir des règles externes qui nous dictent comment manger nous éloigne des signaux de faim et de satiété envoyés par notre corps. Il existe déjà des solutions pour bien manger sans avoir à se restreindre, notamment en réapprenant à écouter notre corps.

En conclusion, il n’y a pas suffisamment d’études pour confirmer que le jeûne intermittent est le style alimentaire qui améliorera votre santé en général. Pour ce qui est de la perte de poids, il n’y a pas de preuve que le jeûne intermittent fonctionne mieux qu’une restriction calorique classique. Sans qu’il ne s’avère meilleur que d’autres régimes alimentaires, il peut être envisagé par certaines personnes confortables à pratiquer davantage le jeûne intermittent qu’une diète restrictive de façon continue. Toutefois, ces démarches devraient être pratiquées sous la supervision de professionnels de la santé qualifiés tels qu’un médecin et/ou une nutritionniste, entre autres pour surveiller la glycémie et ajuster les médicaments au besoin.


Références

  • Extenso (2018) Le jeûne intermittent pour mieux contrôler le diabète. http://www.extenso.org/article/le-jeune-intermittent-pour-mieux-controler-le-diabete/
  • Headland et coll. (2016) Weight-Loss Outcomes: A Systematic Review and Meta-Analysis of Intermittent Energy Restriction Trials Lasting a Minimum of 6 Months. Nutrients; 8(6):354
  • Seimon et coll. (2015) Do intermittent diets provide physiological benefits over continuous diets for weight loss? A systematic review of clinical trials. Mol Cell Endocrinol; 15;418 Pt 2:153-72.
  • Harris et coll. (2018) Intermittent fasting interventions for treatment of overweight and obesity in adults: a systematic review and meta-analysis. JBI Database System Rev Implement Rep; 16(2):507-547.
  • Aksungar et al (2017) Comparison of Intermittent Fasting Versus Caloric Restriction in Obese Subjects: A Two Year Follow-Up. J Nutr Health Aging;21(6):681-685.
  • Tinsley et Horne (2017) Intermittent fasting and cardiovascular disease: current evidence and unresolved questions. Future Cardiology; 14 (1): 47-54.
  • St-Onge et coll. (2017) Meal Timing and Frequency: Implications for Cardiovascular Disease Prevention. A Scientific Statement From the American Heart Association. Circulation; 135(9): e96-e121.
  • Trepanowski et coll (2017) Effect of Alternate-Day Fasting on Weight Loss, Weight Maintenance, and Cardioprotection Among Metabolically Healthy Obese Adults: A Randomized Clinical Trial. JAMA Intern Med; 177(7): 930–938.
  • Cioffi et coll. (2018) Intermittent versus continuous energy restriction on weight loss and cardiometabolic outcomes: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. J Transl Med;16(1):371.
  • Sundfor, Svendsen et Tonstad (2018) Effect of intermittent versus continuous energy restriction on weight loss, maintenance and cardiometabolic risk: A randomized 1-year trial. NMCD; 28(7): 698-706.
  • Zauner et coll. (2000) Resting energy expenditure in short-term starvation is increased as a result of an increase in serum norepinephrine. The American Journal of Clinical Nutrition; 71(6): 1511–1515.

Pages :Page précédente 1 2

The following two tabs change content below.

Auteur

Kathryn Adel

Kathryn Adel

Kathryn possède des baccalauréats en kinésiologie et en nutrition et une maîtrise en nutrition sportive. Elle est membre de l’OPDQ et de l’Academy of Nutrition and Dietetics. Athlète de demi-fond, elle a couru pour l’équipe Montréal-Olympique et le Rouge et Or. Kathryn se spécialise en nutrition sportive, perte de poids, diabète, santé cardiovasculaire et gastro-intestinale. Kathryn possède beaucoup d’expérience avec l’approche FODMAP et a complété la certification de l’université Monash.

Kathryn Adel

Derniers articles par Kathryn Adel (voir tout)

7 commentaires à “Le jeûne intermittent est-il efficace?”

juin 07, 2019 à 9:07 , Éthier Chantal dit:

J’ai lu un livre très intéressant sur la restriction alimentaire pendant 8 semaines, à 800kl par jour, sans pâtes, pain et patate pour réactiver le pancréas et nettoyer le foie, afin d’éviter la metformin et contrôler sa glycémie…je l’ai fait, j’ai perdu 20 livres que je n’ai pas repris, ma glycémie est entre 5,6 et 9… C’est a jeûn le matin qu’elle est plus élevée. De plus si je m’entraine le matin, je le fais à jeûn car sinon j’ai mal au coeur…Là ma glycémie monte à 9!!! j’ai toujours entendu que l’exercice était bénéfique pour la glycémie…

juin 19, 2019 à 6:22 , Kathryn Adel dit:

> Bonjour Chantal,
Vous avez raison, l’exercice est très bénéfique pour le contrôle de la glycémie. Si l’exercice est nouveau pour vous, il faut laisser le temps à votre corps de s’habituer et après quelques semaines votre glycémie devrait s’adapter. Les hormones de contre-régulation sont augmentées par l’exercice intense, ce qui peut expliquer pourquoi votre glycémie est élevée. Si elle se normalise par la suite alors ce n’est pas dramatique. Assurez-vous de bien vous hydrater, car la déshydratation peut causer de l’hyperglycémie. Si vous pouvez trouver une collation qui ne vous cause pas de nausée, cela pourrait peut-être aider aussi.

juin 14, 2019 à 11:10 , Manon Maltais dit:

Dr Jason Fung, est un endocrinologue canadien qui travail avec le jeune pour ses clients, le guide complet du jeûne est une reference pour ceux qui veulent faire l’expérience du jeûne. Les statistiques de ce livre vont par contre à l’opposé de votre article.

juin 19, 2019 à 6:12 , Kathryn Adel dit:

> Bonjour Manon Maltais, pouvez-vous préciser quelles statistiques du livre de Jason Fung vont à l’opposé de mon article?

août 04, 2019 à 7:34 , Geoffray dit:

Bonjour Kathryn,

Merci pour cet article très intéressant !
Je pratique moi-même le jeûne intermittent depuis de nombreuses années et cela m’aide notamment quand je veux « Sécher » après les période de fêtes etc… Ca me permet de réduire mon apport calorique 😉

Bonne journée !

Geoffray

février 16, 2020 à 7:40 , Manon de Grandpré dit:

Bonjour ,
J,ai commencé un jeune intermittent depuis 2 semaines…
16 à 19 de jeune…je mange ce que je veux, pas de cochonnerie ou de friture, je mange bien équilibré…
dans le temps que je ne mange pas j,aimerais savoir à part l,eau , es-ce possible de boire du thé noire ou herbes sans rien dedans et parfois un verre de vin dans la soirée sans briser le jeune…Merci…

février 16, 2020 à 8:25 , Kathryn Adel, MS, Dt.P, nutritionniste chez SOSCuisine dit:

Bonjour Manon,
Il serait ok de boire de l’eau et du thé sans rien ajouter dedans pendant la période de jeûne, car ces breuvages ne contiennent pas de calories. Par contre, l’alcool est riche en calories et il faut donc l’éviter pendant une période de jeûne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.